LE BILLET D’HUMEUR… La colère… Souvent la conséquence directe d’un insupportable sentiment d’injustice… SENTIMENTS DE COLERE ET D’INJUSTICE LEGITIMES

sentiments-de-colere-et-dinjustice-legitimes-billet-n-11

La colère… Elle peut être motivée par bien des raisons. Mais c’est très souvent un puissant et insupportable sentiment d’injustice qui en est à l’origine… Seulement voilà. Le hic, c’est qu’elle risque fort d’intoxiquer notre vie…

SENTIMENTS D’INJUSTICE ET DE COLERE LEGITIMES…

La colère légitime nait tout naturellement d’un sentiment d’injustice parfaitement justifié. Or, il n’est pas possible de ne faire qu’évacuer cette colère, en lui laissant libre cours, et s’imaginer qu’ainsi elle disparaitra définitivement. A court ou à moyen terme. En effet, tant que le sentiment d’injustice, fort légitime au demeurant, perdurera, cette colère s’autoalimentera d’elle-même, et sans limites. Ni dans le temps, ni dans l’intensité.

Non. Mais ce qu’il faudra alors impérativement neutraliser, c’est le sentiment d’injustice, même parfaitement justifié, tout paradoxal que cela puisse paraître. Il s’agira alors de franchir une étape cruciale : consentir, pour la victime, à une forme de pardon. Envers son agresseur, bien sûr. Et sans qu’il y ait eu, de la part de ce dernier, la moindre excuse ou le moindre regret, ou remords exprimés. Pas plus qu’il n’aura été d’ailleurs, à minima, recadré, ou, au maximum, sanctionné par une quelconque autorité supérieure.

Mais avant de commencer ce travail sur elle-même, la victime devra tout d’abord lâcher prise avec la situation, pour le moins pénible, qui lui aura été imposée. Les larmes et les sanglots font partie de ce processus. C’est même le premier pas dans cette direction.

sentiments-de-colere-et-dinjustice-legitimes-billet-n-11Mais il lui sera aussi nécessaire de s’éloigner, physiquement, de son agresseur. En effet, ce n’est qu’après cela, que pourra s’amorcer son travail de reconstruction intérieure. Accorder notre pardon, donc. Mais attention. Il ne s’agira pas d’un pardon ordinaire, c’est-à-dire d’un de ceux qu’il serait possible d’accorder dans des conditions saines et normales. En effet, ce type de pardon, d’un genre un peu particulier, n’aura d’intérêt que pour la victime elle-même, puisque ce sera, pour elle, un pardon de sauvegarde. Afin de préserver son devenir psychologique et affectif.

Or, en aucun cas, notre agresseur ne devra s’attendre à recevoir de notre part, après cela, ni notre estime, ni notre sympathie, et encore moins notre confiance. Non. Mais juste une attitude correcte, mais totalement dépourvue de la moindre affectivité.

Enfin, tout sentiment de rancœur de notre part, quand bien même il serait tout à fait légitime, serait le plus sûr moyen de donner encore à notre agresseur, le pouvoir de continuer d’intoxiquer notre vie. Alors, franchement, aucun intérêt !

Soizic

Le 23.12.2016

Laisser un commentaire