Une réforme de l’université, pour quoi faire ?

étudiants OKI
bty

Le site des Tanneurs à Tours est bloqué depuis mercredi 4 avril. Les étudiants protestent contre la loi Vidal, qui réforme l’accès à l’université.

 

La réforme de l’accès à l’université a été adoptée le 15 février dernier. A Tours, l’université des Tanneurs était bloquée mercredi 4 et jeudi 5 avril. 

Alors que les cheminots ont entamé leur grève au début de la semaine contre la réforme de la SNCF, des dizaines de facultés continuent d’être perturbées contre la réforme de l’accès à l’université, comme à Toulouse, Bordeaux ou Nantes. A Tours, le site des Tanneurs était bloqué mercredi 4 et jeudi 5 avril. Le projet porté par la ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, a été définitivement adopté par le Parlement le 15 février dernier. La réforme, engagée suite au nombre record de bacheliers sans affectation cet été, vise à réduire le taux d’échec en première année à l’université. 22 000 places supplémentaires seront ainsi créées dans les filières en tension, dans lesquelles l’offre excède la demande. Désormais, chaque université traitera la demande d’inscription de manière personnalisée et répondra au vu des « attendus », c’est-à-dire des compétences et des connaissances requises pour être admis dans la filière souhaitée. Une nouvelle plateforme d’admission postbac, Parcoursup, remplace désormais APB. Le tirage au sort est également supprimé. Enfin, les étudiants seront rattachés au régime de la Sécurité sociale. Lors de la grève de la fonction publique du 22 mars dernier, des étudiants des Tanneurs, qui font partie du collectif « semaine de lutte », étaient dans la rue pour exprimer leur désaccord avec cette loi.

 

 

 

Marion Adrast