Les Nymphéas d’Olivier Debré réunies au CCCOD depuis le 5 mai

Vernissage de l'exposition "Les Nymphéas d'Olivier Debré" vendredi 4 mai 2018 au CCCOD de Tours.
Sans titre

Le vernissage de l’exposition « Les Nymphéas d’Oliver Debré », vendredi 4 mai au CCCOD (Centre de création contemporaine Olivier Debré) à Tours. Au fond, la toile « Rouge coulée de Touraine », et devant, une toile sans titre.

 

Depuis le 5 mai, les six immenses toiles abstraites d’Oliver Debré sont réunies pour la première fois au Centre de création contemporaine Olivier Debré (CCCOD), sous le titre « Les Nymphéas d’Olivier Debré ».  Une référence à l’impressionniste Claude Monet, considéré comme le premier des peintres abstraits. 

Pour la première fois, les six tableaux aux dimensions démesurées (9 mètres de large et 4 mètres de haut) du peintre Ligérien Olivier Debré sont réunis au CCCOD sous le titre « Les Nymphéas d’Oliver Debré », depuis le 5 mai et jusqu’au 6 janvier 2019. Un titre qui rappelle l’esprit de la peinture de Claude Monnet, qui aimait, comme Debré, s’immerger au cœur de la nature pour peindre, et qui a consacré 30 ans à représenter « Les Nymphéas » de son jardin à Giverny. Si Monet peignait des motifs en tant qu’impressionniste, il a ensuite été considéré comme le premier des peintres abstraits. En utilisant la touche, l’artiste a progressivement fait disparaître la figuration. A partir des années 1900, il s’est concentré sur la matérialisation de ses états d’âme face au motif. Debré quant à lui, est définitivement un peintre abstrait qui traduit, comme l’a fait Monet avant lui, l’émotion qu’il éprouve devant le paysage, et non le paysage en tant que tel. Ainsi, lorsqu’il peint « Gris bleu, taches de Loire », « Debré ne peint pas explicitement la Loire, mais une idée de la Loire, une idée de sa fluidité très plastique », analyse Marine Rochard, chargée d’expositions au CCCOD et commissaire de l’exposition. Sans choisir entre l’abstraction et le naturalisme, et sans non plus se positionner pour ou contre l’un et l’autre, Debré réalise selon Marine Rochard une synthèse des deux.

 

Entretien avec Marine Rochard, chargée d’expositions au CCCOD et commissaire de l’exposition « Les Nymphéas d’Olivier Debré ».

 

 "Coulée bleu clair du matin, trace jaune" suivie d'une toile sans titre, exposée au CCCOD.

« Coulée bleue clair du matin, trace jaune » suivie d’une toile sans titre, exposée au CCCOD.

 

Marion Adrast

Partagez l'article sur votre réseau social !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •