Mauvaises Herbes ; Une grosse claque cinématographique

mauvaises herbes

mauvaises herbes

Après son premier film « Nous trois ou rien » nommé pour le César du Meilleur Premier Film en 2016, Manouchehr Tabib alias Kheiron a frappé très fort  avec sa deuxième réalisation « Mauvaises Herbes » !

 

Après un premier chef-d’œuvre, la surprise fut une fois de plus au rendez-vous en découvrant ce film mêlant humour et émotions, tout en diffusant une multitude de messages, que chacun peut interpréter différemment, comme le présente le réalisateur.

 

Le film nous met immédiatement dans « l’ambiance » avec une scène extrêmement forte et émouvante, sans même avoir le droit à une seule parole. On voit déjà la patte de l’artiste pourtant peu expérimenté même si sa première réalisation « Nous trois ou rien » avait déjà fait parler d’elle.

Kheiron a également mis la barre très haut en ce qui concerne le casting: André Dussolier, Catherine Deneuve. Il nous explique comment il a « attiré » ces deux piliers du cinéma français.

 

Ajoutez à cela six jeunes lancés dans leur tout premier long métrage qui jouent à la perfection, on obtient la recette idéale d’un film très fluide qui nous donne envie d’en découvrir davantage. Et c’est d’ailleurs ce qu’il se passe avec chaque personnage qui nous raconte au fur et à mesure son histoire, amenée systématiquement d’une manière très subtile et encore une fois, avec un petit message à découvrir à l’intérieur.

 

Un film avec beaucoup d’humanité, d’humour et d’émotion, à découvrir de toute urgence dans les salles obscures à partir du 21 novembre.